Les humoristes sont-ils utiles pour innover?

 En quête d’innovation quelle qu’elle soit, les designers, startupers et autres innovateurs en tout genre sont à la recherche des sources d’inspiration. Le User Centered Design, la méthode C-K ou la Stratégie Océan Bleu sont autant de moyens pour essayer de décaler le regard pour apporter une réponse neuve à un problème ou un besoin donné. Dans un soucis d’être le plus “out of the box” possible, il est préconisé d’aller doper sa créativité dans la littérature ou le cinéma de science-fiction, d’aller puiser dans la puissance du jeu comme nous le montre Tim Brown, le pape du design thinking dans son Ted, etc. Dans tout cette armada d’outils et de sources d’inspiration, il me semble qu’il en manque un: l’humour et les humoristes.

Car en effet, ils amènent bien souvent un regard critique et décalé qui révèlent nos petites faiblesses et autres bizarreries. Ils grossissent les traits et caricaturent nos comportements pour mieux nous mettre face au miroir. C’est d’ailleurs cela qui nous fait rire: se voir, pas comme on aimerait être, mais comme nous sommes réellement. Au travers de ce petit pas de coté, les comiques nous proposent en quelque sorte une sociologie du quotidien. Une sociologie des usages et des comportements grâce à laquelle les humoristes pourraient devenir les muses des innovateurs…

Gad Elmaleh, une leçon d’ethnographie

Gad Elmaleh est indéniablement un humoriste talentueux! Du portrait du fumeur au skieur, en passant par les parents, Gad Elmaleh nous dépeint à merveille les “ouvriers du quotidien” que nous sommes. Nous étudier et nous décrire (non sans humour bien évidemment!) est son fond de commerce. Dans ses spectacles, Gad Elmaleh nous propose un ensemble de sketchs qui constituent des sortes d’études ethnographiques incroyablement riches. De “l’expérience client” du client d’Ikea au retour d’expérience du passager d’un avion, Gad Elmaleh nous propose un “compte rendu” extrêmement riche des observations qu’il fait de nous (et de lui!).

Sans titre

Florence Foresti brainstorm

Connue pour son étayé “J’aime pas les Garçons”, Florence Foresti postule dans son dernier spectacle que nous vivons dans une version “bêta” de la société et imagine pour nous ce que pourrait être une « V2 » de la vie:

“On dit toujours qu’il y a une vie après la mort. C’est peut-être celle-là qui déchire. Si ça se trouve on est peut-être dans un pauvre brouillon là. La vraie vie, elle arrive peut-être après. Là, on est peut-être dans une espèce de version bêta de la vie. Une version qui a pas été débuggée, qui a pas été mise à jour. Après, par contre, arrivera la vie 2.0. Et là je peux te dire qu’ils auront tout corrigé les gars!”

Après nous avoir proposé un outil analytique intéressant pour déterminer ce sur quoi il nécessite d’innover (“le moustique c’est quand même l’animal qui a le plus grand ratio taille/emmerdemment”), Florence Foresti nous énonce ce qui aura disparu (“dans la vie 2.0, le foot n’existe plus!”), apparu (“des housses de couette qui se changent toutes seules”) et ce qui aura été amélioré (“dans la vie 2.0, les machines à composter les billets marchent dans les 4 putins de sens!”). Un brainstorm de haute volée!

foresti

Le User Centered Humor par Norman

Norman Thavaud, ne fait pas que des vidéos. Il nous fait surtout rire en nous gratifiants de portraits tous plus criant de vérité les uns que les autres. Les “études de comportement des consommateurs” ont de quoi trembler. On voit ainsi le fumeur de cigarettes électroniques passé au crible quand ce n’est pas les utilisateurs de smartphone qui se font “disséquer”. Norman se penche aussi sur l’attachement des clients à l’une des entreprises les plus innovantes au monde: Apple. Une étude de cas grandiose!

Bien-sur, regarder l’intégralité des petites annonces d’Elie Semoun ou assister au dernier One Man Show de Kev Adams ne vous donnera probablement pas « tout cuit » les clés de la prochaine « Killer App ». Mais quand on voit que Lady Gaga a pris la direction artistique de Polaroïd, qu’Ashton Kutcher participe à la conception du prochain smpartphone Lenovo ou que Will I Am a été nommé directeur de l’innovation d’Intel, je me dis que, franchement, l’humour et les humoristes doivent bien avoir une place dans nos processus d’innovation. A quand le kiff de voir Franck Dubosc à la tête de la direction de la recherche de la SNCF ou Stéphane Guillon en charge de la prospective chez Danone? En attendant, nous serions bien inspiré de prendre la mesure de ce qu’ils peuvent nous apporter. Lol.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s